Randonnées entre Aix et Cassis

Terre d’exception, la Provence a magnifié le génie de nombreux peintres et écrivains  : Cézanne, Picasso, Van Gogh, Giono, Pagnol, Daudet,… pour n’en citer que quelques uns.

C’est que la Provence provoque avant tout de fortes sensations : parfums enivrants de la garrigue, champs mauves de lavande,  ciel  cobalt épuré par le mistral, montagne éblouissante de calcaire blanc, miroir scintillant de la Méditerranée, géométrie des vignes et oliviers, champ puissant des cigales, merveilleux paysages infinis… La randonnée pédestre est sans doute le meilleur moyen  de profiter au maximum de cette fantastique nature encore préservée.

Entre Aix-en-Provence et Cassis, la Provence nous offre un exceptionnel potentiel de balades et de randonnées : Sainte-Victoire, Sainte-Baume, Chaîne de l’Etoile, Collines de Pagnol, Calanques,…

De nombreux itinéraires balisés, de tous niveaux s’offrent à tous, avec guide accompagnateur ou en parcours libre.

Attention, ces montagnes du sud sont rudes : chaleur, manque d’eau et terrain rocailleux  souvent très pentu rendent les randonnées sportives. Bonnes chaussures et eau en quantité sont indispensables.

La circulation en été est réglementée : du 1er juin au 30 septembre, consultez le bulletin quotidien du CG13.

Sainte-Victoire

Symbole de la Provence, comme le Mont Ventoux, signal du Pays d’Aix, muse de Cézanne, la montagne Sainte-Victoire  domine de toute part la campagne aixoise.

Depuis le Sud et l’Ouest, Sainte-Victoire apparaît dans toute sa masse rocheuse, aux formes et couleurs changeantes, une masse agressive qui se dresse comme un signal.

Depuis le Nord et l’Est, les flancs plus adoucis, plus sombres de forêts surmontés de crêtes,  la montagne s’étire tel un animal  de la préhistoire : une chaîne de 17 kms, 1011 m au point culminant, 2 lacs de retenue des eaux du Verdon, une grande variété de paysages, une faune et une flore exceptionnelles. Et puis aussi de très jolis villages qu’il faut découvrir  sans attendre : le Tholonet, Beaurecueil, Saint-Antonin-le-Bayon, Puyloubier, Vauvenargues…

Depuis la route du Tholonet

Depuis la route du Tholonet

Le Grand Site Sainte-Victoire offre un magnifique terrain de sports : randonnées, VTT, escalade, parapente,… Des randonnées de tous niveaux de deux heures à la journée. Citons-en quelques unes :

  •  La Croix de Provence par le sentier Imoucha, depuis le lac de Bimont en passant par le Prieuré
  •  Du Domaine de Roques-Hautes jusqu’au Lac de Bimont en passant par les carrières de marbre et en contournant la vallée protégée des dinosaures.
  •  La croix de Provence par le Refuge Cézanne depuis le pont de l’En Chois
  •  Le tour des trois barrages (Bimont, Zola, barrage romain)
  • Le GR9, par le sentier des venturiers, la Croix de Provence, la crête jusqu’au Pic des Mouches et descente à Puyloubier
  • Pic des Mouches par la Chapelle Saint-Ser (Puyloubier).
  • Du parking des deux aiguilles (saint-Antonin) au Garagaï et la grottes des hirondelles.

Pour tous renseignements :

Sainte-Baume et Monts Auréliens

Coeur du futur parc naturel régional (2016), la Sainte-Baume est une longue falaise calcaire, véritable montagne, qui domine du haut de ses 1 147 mètres d’altitude un vaste massif aux paysages spectaculaires.

Riche en eau, ce qui est rare en basse Provence, La sainte-Baume (baume = grotte) présente un important réseau de gouffres, aven, grottes et rivières souterraines qui restitue cette eau aux hommes et aux milieux naturels par de nombreuses sources et résurgences qui contribuent à sculpter les flancs de la montagne.

Site de la grotte de Marie Madeleine

Site de la grotte de Marie Madeleine

Sainte-Baume est un lieu de pèlerinage spirituel (Basilique de Saint-Maximin, grotte de Marie Madeleine, Chartreuse des Montrieux, Abbaye de Saint Pons, etc.), d’amoureux en quête de Nature et d’Histoire (Glacières, Castrums, musées de la vie rurale,…). Les monts Auréliens entre Sainte-Baume et Sainte-Victoire font partie du périmètre du futur parc. Quelques balades et randonnées  :

  • La grotte de Marie Madeleine et le Saint-Pilon
  • Le pic de Bertagne (baumes et glacières)
  • La forêt de Saint-Pons et l’abbaye
  • Le Paradis et le Baou des glacières
  • Le mont Olympe et l’ermitage de Saint-Jean Du Puy

Pour tous renseignements :

Les Collines de Pagnol

Ce sont  d’abord les paysages préservés et accueillants de ces douces collines à quelques minutes de Marseille, les barres escarpées de calcaire, les multiples vallons giboyeux, les anciennes restanques en friche. Ces paysages aux multiples facettes sont sources d’émerveillement : « Nous sortîmes du village :alors commença la féérie et je sentis naître un amour qui devait durée toute ma vie » (La Gloire de mon père, chapitre 1).

Aussi, les crêtes offrent des panoramas magnifiques à 360°, de la Méditerranée aux Alpes. Notamment, les vues sur la rade de Marseille et sur la Sainte-Victoire à partir du Taoumé et celle de la Sainte-Baume à partir du Garlaban sont fantastiques.

Taoumé Pagnol

Le Taoumé de Pagnol

Il y a enfin et surtout  l’attirance des lieux qui ont nourri les savoureuses histoires de Pagnol. Nous pouvons ainsi en quelques kilomètres découvrir  concrètement tous les sites évoqués dans ses films et si bien décrits dans ses romans et notamment sa tétralogie sur ses souvenirs d’enfance (La Gloire de mon père, Le Château de ma mère, Le Temps des secrets, le Temps des amours).  Relisez ces petits livres en prévision de vos sorties, la magie de la découverte n’en sera que  plus grande !

Ce sont des paysages de garrigue, loin des forêts giboyeuses décites par Pagnol. Le feu a hélas frappé une demi-douzaine de fois en un siècle et les arbres et arbustes sont maintenant remplacées par de la garrigue basse où la faune se fait rare. Seuls quelques vallons épargnés montrent encore une relative richesse de plantes où les oiseaux se font entendre.

Ce qui frappe, c’est le faible nombre de constructions à kilomètres de Marseille, les collines sont presque désertiques. Dès qu’on quitte La Treille, seules quelques ruines témoignent d’une vie passée. Mais c’est logique : sur ces collines,  la terre est peu profonde, caillouteuse et ingrate, le calcaire affleure partout et l’eau est rare. La vie s’est concentrée autour de quelques villages et pour notre bonheur le reste du massif est heureusement préservé de tout envahissement urbanistique.

Il y a de très nombreuses balades et randonnées possibles dans cet univers magique. Par exemple une superbe sortie de 18 kms qui parcourt une boucle au départ du village de La Treille pour monter sur le Pic Taoumé, puis le Garlaban pour revenir par le Col d’Aubignane. D’autres circuits plus courts sont proposés par l’Office du Tourisme d’Aubagne.

Pour tous renseignements  :

Les calanques

Sublimes ! C’est l’adjectif aui sied le mieux à ces falaises vertigineuses d’une blancheur éclatante, entaillées par de profondes et étroites échancrures, qui plongent dans des eaux d’un bleu profond ou turquoise.

Paysage emblématique, à la fois terrestre et marin de la Provence méditerranéenne, le site des Calanques est connu dans le monde entier pour sa valeur paysagère, sa biodiversité remarquable et son patrimoine culturel.

Entre La Ciotat et Marseille, subissant des pressions multiples (pression urbaine, pollutions,…), ce joyau naturel est enfin devenu Parc National en avril 2012.

Balcons d'En Vau

Balcons d’En Vau

Parcourir les Calanques de Marseille à Cassis est un moment privilégié. De nombreuses balades et randonnées, en plus des GR 98 et 51, permettent de profiter de ces remarquables sites. Voici quelques randonnées remarquables :

  • Le Vallon de Morgiou
  • Les balcons de Sormiou
  • Le belvédère d’En Vau
  • Massif du Mont Puget
  • Cap Canaille

Pour tous renseignements :

Port Pin

Port Pin

Cap Canaille et presqui'ile de Port Miou

Cap Canaille et presqui’ile de Port Miou

Sormiou

Calanque de Sormiou